Boutique,  Les Arthuriennes

Arthur

Après Merlin puis Viviane, il devenait incontournable d’évoquer le roi Arthur. Vous allez découvrir dans cet article qui était cet homme et quels fibres vont l’incarner dans la box à son nom.  Mais tout d’abord plongeons dans son histoire grâce aux connaissances de L’Oeil de Loup…

Son histoire – Une chronique par L’Oeil de Loup

Charles Ernest Butler, King Arthur, 1903

Le roi Arthur est sans doute l’une des figures littéraires et légendaires les plus connues qui soient. Le roi à l’épée magique, Excalibur ; le roi élu par Merlin, le roi élu par tout un peuple. Un roi combattant et pacificateur à la fois. Un roi à la cour prestigieuse, comptant les grands chevaliers de la Table Ronde.
Avant Arthur, il y a le pacte unissant Merlin et le futur père d’Arthur, Uther Pandragon. Uther Pandragon s’aide du magicien pour arriver à ses fins guerrières : pacifier les Bretagnes. Mais Uther renonce à ce projet, par amour. Il est éperdument amoureux d’Ygraine, la femme de son plus grand ennemi. Il prie Merlin de lui accorder une nuit avec Ygraine, en lui faisant prendre l’apparence de son mari. Merlin accepte mais à une condition. Il naîtra un enfant de cette union d’une nuit et cet enfant devra lui être remis.

Arthur naît donc sous l’égide du dragon, l’animal fabuleux qu’il arbore sur sa bannière. Il voit le jour à Tintagel, dans un château qui disparaît durant chaque solstice. Arthur est remis à Merlin dès sa naissance et grandit dans l’ignorance de ses origines royales. Merlin seul, connaît le destin de son protégé.
Arthur devient roi : il est élu et le temps de son règne, décidé par Merlin, est venu. Il entre en possession d’Excalibur pour accomplir sa destinée. C’est Merlin, toujours à ses côtés, qui le guide.

Dans les textes primitifs (celtiques), avant les textes en latin et en ancien français, la figure d’Arthur est toujours liée à la magie, à l’Autre Monde. Il combat des puissances surnaturelles et terribles. Mais La figure légendaire d’Arthur, telle que nous la connaissons s’est développée essentiellement grâce à l’Historia regum Britanniae (Histoire des rois de Bretagne) écrite par Geoffroy de Monmouth au XIIe siècle.

Il prend pour épouse Guenièvre, princesse d’Ecosse.
Sa cour est unique et la plus prestigieuse du monde ; là, naissent les aventures, là viennent les fées et les enchanteurs. Sa cour est itinérante : Nantes, Cameloot, Tintagel, et d’autres lieux moins connus.
Les personnages de la cour d’Arthur, les permanents ou ceux qui y passent seulement, ont tous des caractères hors du commun.
Autour d’Arthur, personnage entre les Deux Mondes, gravitent les figures essentielles du cycle arthurien : Merlin, Guenièvre, Lancelot, Gauvain, Perceval, Mordred, Viviane, Morgane etc… chevaliers, reine, enchanteur, fée de l’eau ou fées des sortilèges, tout vient d’Arthur et de son royaume extraordinaire.

Si c’est un roi extraordinaire, il n’en est pas moins trahi et trompé ; par Mordred mais aussi par Guenièvre, la reine et Lancelot, l’un de ses protégés. Arthur n’exerce pas de vengeance cependant. Il se place sur un autre mode.

La mort d’Arthur est, comme sa naissance, placée sous le signe de l’Autre Monde. Il est tué par Mordred, son fils ou son neveu, selon les versions. Son destin était annoncé. Arthur devait mourir et avec lui son royaume. Cependant, Arthur doit être rendu à l’Autre Monde ; Viviane et d’autres fées emmènent son corps à Avalon. Les brumes d’Avalon resteront le sanctuaire d’Arthur, tout comme Brocéliande est le tombeau de Merlin.

Dans les œuvres de Chrétien de Troyes, le personnage d’Arthur est le plus souvent, mais pas toujours, relégué au second plan. Sa cour, la plus prestigieuse de Petite et de Grande Bretagne, reste la seule à accueillir les plus grands chevaliers, et la seule où surgissent les aventures liées à l’Autre Monde.
Une exception cependant, dans Erec et Enide (le premier roman connu de Chrétien), dès le début du roman, Chrétien fait dire à Arthur, devant toute sa cour, ce que doit être un roi et comment l’harmonie et la justice doivent régner à la cour. Mais, l’autorité d’Arthur, la parole d’Arthur ne peuvent être contredites. Chrétien écrit là un véritable manifeste pour Arthur.
La figure de Merlin est absente. Elle sera développée énormément avec les proses du 13e.

Arthur sera repris et remis sur le devant de la scène (notamment avec ses origines liées au dragon) dans les récits en prose du 13e et les développements de l’histoire du Saint-Graal.

Le roi Arthur aurait existé (je crois au 6e siècle) ; il aurait été un roi combattant extraordinaire ; combattant autant que pacificateur. Sa présence dans la littérature à partir du 12e s’explique par un projet politique du roi d’Angleterre d’alors Henri II Plantagenêt. Pour faire court, ce dernier voulait s’inscrire dans la lignée d’Arthur, roi hors du commun, pour légitimer un pouvoir étendu. C’est à cette époque, que l’on aurait retrouvé sa tombe etc… Au 12e siècle en Angleterre et en Bretagne française, la figure d’Arthur était donc bien plus que littéraire, mais véritablement légendaire et presque palpable.

Cependant, les réalités historiques de son règne n’ont, à aucune époque, pu être prouvées avec fondement et certitude.

 

Des fibres & des couleurs – Chronique par AmaYaga

La royauté d’Arthur m’est d’abord apparu avec des couleurs : le bleu et l’or avec toutes les nuances que le mariage de ces couleurs peuvent faire naitre en se rencontrant. Puis c’est la matière qui s’est imposée : de la laine de mouton. Différentes laines, douces, gonflantes ou bien plus rustiques et prêtes à affronter le climat humide de Grande Bretagne et des îles anglaises.

Le philtre – Le grand Roi

Les nappes que j’ai cardé puis teintes pour Arthur sont plus sauvage et moins douces que le ruban qui va l’accompagner. Arthur est un guerrier et il triomphe de nombreuses batailles. La dureté et la violence de cet aspect se retrouve par la présence de laine Islandaise de couleurs grise et de couleur noire. Assez jarreuse, elle tranche avec les autres fibres plus douces de ce mélange.

Le macomérinos et le mérinos gris atténue cet effet en lissant un peu plus le mélange. Le BFL et le Shetland gris font un rappel avec les fibres que vous trouverez aussi dans le ruban.

La soie maulbère reste le soupçon de brillance et de royauté de cette box.

Le ruban peigné – La magie de Marmiadoise

C’est un mélange d’une grande douceur avec un gonflant étonnant et il prend admirablement bien la couleur. C’est pour moi un véritable coup de coeur quand je l’ai receptionné et je pense que vous aurez d’autres occasions de le découvrir par la suite.

Il est composé de trois laines différentes. Tout d’abord du mérinos en 18,5 microns. Puis deux Blue Faced Leicester : de la laine blanche et de la laine oatmeal (un mélange de brun et de blanc). C’est le meilleur moyen d’obtenir des teintures intéressantes , si vous voulez jouer sur les nuances plus que d’investir dans de nombreuses couleurs, n’hésitez pas à varier les nuances des laines et des matières.

C’est aussi pour cette raison que le Shetland qui est venu s’ajouter était naturellement noir.

Mais pour célébrer la magie et la royauté d’Arthur, il fallait un soupçon de soie maulbère pour apporter une touche de lumière à ce mélange.

Pour la petite histoire, Mamiadoise est une épée légendaire qu’Arthur acquiert après avoir tué le roi Rion.

“Puis l’épée passa de main en main, d’héritier en héritier jusqu’au roi Rion qui était du lignage d’Hercule, lequel avait été si preux et si hardi.
Quand le roi Rion vit que sa massue était rompue, il tira cette excellente épée, et dès qu’elle fut sortie du fourreau, elle resplendit d’une si grande clarté qu’il parut que tout le pays en était illuminé.

Son nom était Marmiadoise. Quand le roi Arthur la vit ainsi flamboyer, il l’admira beau­ coup et recula un peu pour la regarder : il la convoita fort et se dit qu’il aurait bien de la chance, celui qui pourrait la conquérir. “

Le livre du Graal, Tome I.

 

Les couleurs

Le bleu exprime pour moi la royauté. Il fut mon évidence. Un bleu roi, un bleu de delf, un bleu parfois paon, un bleu gris. Et son mariage avec de l’or ancien, induit la présence de vert incontrôlable. Très présent dans certains mélange, plus discret dans d’autre ce sera la surprise à chaque fois.

Un peu de brun pour se lier à la terre, ne pas sortir complétement de la forêt où Merlin et Viviane nous avez entrainé.

Voici donc ce que vous trouverez dans les box d’Arthur. Elles sont au nombre de 8 disponibles dans la boutique Il reste encore quelques Merlin et celle de Viviane lancée avec du retard.

Dans un prochain article, vous découvrirez l’univers de Rue de la Laine qui a relevé le challenge de travailler sur le grand Roi Arthur. Elle vous entrainera dans son atelier et vous dévoilera son regard sur le filage et le tissage.

 

One Comment

  • Lisou

    Quel merveilleux texte encore une fois ! Voilà une figure qui me parle peut-être plus que toutes les autres pour l’instant. J’ai hâte de découvrir la box qui l’illustre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *